Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VOUS ALLE ETRE REDIRIGE VERS LE NOUVEAU SITE ARTY-BUZZ - A TOUT DE SUITE !

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 14:33

Du 10 mai au 29 juillet et pour la première fois en France , la Fondation HCB expose les séries emblématiques de Yutaka Takanashi, figure essentielle de la photographie japonaise du XXème siècle.

 

Depuis toujours, Yutaka Takanashi photographie la ville de près, de loin, voire de très loin depuis une voiture en mouvement ; tantôt « à l’affut » d’une image chargée de poésie, tantôt « ramasseur » d’un morceau de réel, il l’a souvent répété, ces deux tendances s’affrontent constamment en lui : poésie / réalisme, miroir / fenêtre, visible / invisible.

 

Né en 1935 à Tokyo, Takanashi a travaillé dans la publicité avant de devenir enseignant à l’université Zokei.

 

Il est membre fondateur en 1968 du fameux mouvement Provoke qui publia brièvement la revue éponyme.

L’aspect provocateur de ce court phénomène cachait une réaction profonde à l’establishment photographique.

 

 

Toshi-e (vers la ville), son premier livre en noir et blanc à la maquette sophistiquée, marque la distance du photographe, qui a su affirmer son style en ne cédant pas aux sirènes du moment.

Avec ces images, Takanashi cherche l’invisible, une poétique différente dans des espaces urbains improbables en pleine mutation.

Il refuse la narration, s’insurge contre l’aspect tautologique de la photographie qui l’ennuie, mais, lassé par cette traque de l’invisible, décide finalement de lâcher son Leica pour une chambre technique grand format.

Machi (la ville), son deuxième ouvrage, est tout le contraire de Toshi-e : avec Machi, j’ai tenté de me débarrasser du poétique, explique le photographe, qui a su trouver une modernité dans cette approche calme et pensée de la ville de l’intérieur, en couleur.

Le sens du détail, de la vie juste arrêtée, est aussi très présent avec la série Golden-gai Bars dans le quartier de Shinjuku au moment de leur fermeture. Le temps y est suspendu, à l’inverse des images « mobiles » le long des routes durant les années soixante. 

 

Exposer pour la première fois à Paris l’ensemble de ces travaux est un privilège dont la Fondation Henri Cartier-Bresson est très fière.

Cela aurait été impossible sans la Galerie Priska Pasquer, qui défend depuis longtemps la photographie japonaise.

La Fondation Henri Cartier-Bresson est également très reconnaissante aux éditions Toluca, pour leur engagement passionné dans la réalisation de l’exposition et du catalogue. La majorité des tirages noir et blanc de cette exposition proviennent de la galerie Priska Pasquer, Cologne, les autres proviennent de collections particulières.

Les épreuves couleur sont des tirages Cibachrome réalisés pour l’exposition. Le catalogue de l’exposition, augmenté d’une introduction d’Agnès Sire et d’un texte de Ferdinand Brüggemann est publié par Toluca Editions. 192 pages, 38€

Cette exposition a reçu le soutien de Japan Airlines et de la Japan Foundation.

 

L'exposition est réalisée en partenariat avec Télérama et le magazine Azart Photographie .

 

 

2, Impasse Lebouis
75014 Paris 
Tél : 01 56 80 27 00

Heures d’ouverture au public
Du mardi au dimanche de 13h00 à 18h30,  le samedi de 11h00 à 18h45, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30. Dernière entrée 30 mn avant la fermeture. Fermé le lundi.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by arty-buzz.over-blog.com - dans Expositions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de arty-buzz.over-blog.com
  • Le blog de arty-buzz.over-blog.com
  • : Pour faire entrer l'art dans votre vie !
  • Contact

Recherche

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -